L’aromathérapie en 5 points

Très en vogue ces dernières années, l’aromathérapie est une thérapeutique à base d’huile essentielle tirée de certaines plantes dites aromatiques.

L’huile essentielle est l’essence volatile extraite des plantes aromatiques à l’aide de diverses techniques tels que l’hydrodistillation, la distillation sèche ou expression à froid des agrumes

Il existe diverses formes d’administration en fonction de la plante utilisée, en diffusion atmosphérique, en massage topique ou en usage interne. Cependant cette thérapeutique a de nombreux détracteurs et même si on lui reconnaît des vertus, nombres d’autres sont beaucoup plus douteuses. Par ailleurs, les huiles essentielles sont des substances extrêmement concentrées, et leur utilisation peut par conséquent se révéler dangereuse dans certains cas. Mal utilisées, certaines ont montré une activité neurotoxique et/ou sont suspectées d’hépatotoxicité. Il convient donc de les utiliser dans le respect de certaines précautions élémentaire pour tirer le meilleur de leurs bienfaits.1, 2

 

Parmi ces précautions, la plus fondamentale est de s’assurer que l’huile essentielle que vous avez entre les mains est un produit de bonne qualité.
5 critères peuvent vous aider dans cette tâche :

  • L’espèce botanique

Avec le nom du genre, le nom de l’espèce, la sous espèce ainsi que la famille.

  • L’organe producteur

C’est à dire la partie de la plante utilisée pour extraire l’huile essentielle. On estime aujourd’hui à environ 2000 le nombre de plantes aromatiques. Les huiles essentielles sont le plus souvent extraites des fleurs, des feuilles mais elles peuvent aussi être extraite de l’écorce, des bois, des racines, des rhizomes ou encore des graines.3.

Quelques exemples d’organes producteurs :

  • La feuille pour la mélisse ou encore l’eucalyptus.
  • Le bois pour le santal.
  • La fleur pour la camomille.
  • L’écorce du fruit (péricarpe et une partie du mésocarpe) pour l’orange.
  • La graine pour la coriandre.
  • Les conditions de cultures

Le lieu de culture (avec la qualité du sol, l’ensoleillement et l’irrigation), le type de culture (biologique ou non), le mode de cueillette ainsi que le mode d’extraction influent sur la composition de l’huile essentielle.

  • Le chemotype

L’ensemble des constituants d’une huile essentielle qui est fonction de son biotype, de l’organe utilisé, des sols et plus généralement de la région de culture.

  • L’analyse et le contrôle de l’huile essentielle

Avec les critères organoleptiques comme la couleur, l’odeur, l’aspect général.

Les critères physiques et chimiques avec la densité, l’indice de réfraction, la stabilité, la détermination d’esters et l’indice de KOVATS. La chromatographie en phase gaz ou encore la spectrométrie de masse, qui permettent de déterminer la composition exacte de la plante en fonction de la densité de ses constituants ainsi que son taux de pureté.5, 6.

Source

  1. Halart Elise, L’aromathérapie en milieu hospitalier dans la region du Nord-Pas-de-Calais, un exemple de demarche de qualité mise en place par le centre hospitalier de Valenciennes, Aromathérapie, Faculté des sciences pharmaceutiques et Biologiques de Lille, 2014, 142p
  1. Michel Faucon, Traité d’aromathérapie scientifique et médicale : fondement et aide à la prescription, Ed. Sang de la terre, Paris, 2012, 896p, 89
  1. Zhiri A., Baudoux D., Huiles essentielles chémotypées et leurs synergies. Ed. Inspir Developpment, 2009, 332p
  1. Site de l’institut de Veille Sanitaire.
  1. Site Encyclopédie de l’Agora.
Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *